PACTE pour les droits et la citoyenneté

L’accueil des migrants : l’exemple de Châtellerault

jeudi 16 février 2012 par LDH

Le 10 février à Châtellerault, le froid n’a pas empêché la salle polyvalente de la MPT de se remplir, puisque 120 personnes répondirent à l’invitation des partenaires locaux du Pacte pour les droits et la citoyenneté (Amnesty International, Attac, Collectif Solidarité Migrants, Confédération paysanne, Emmaüs, Ligue des droits de l’Homme, Syndicat des Avocats de France) de débattre sur le thème : « L’accueil des migrants : l’exemple de Châtellerault ».

Une salle grave et chaleureuse pour traiter un sujet qui ne fait pas débat dans la Cité du Bon Accueil. Les gens savent en effet qu’un réseau de solidarité est bien présent dans cette ville ouvrière en souffrance et qu’il pallie le déficit d’engagement des institutions publiques pour tenter de rendre effectifs les droits fondamentaux des personnes étrangères : l’exemple du logement social, inaccessible aux personnes sans papiers illustre parfaitement cette situation.

Alain Fontaine et Stéphane Melchiori, responsables d’Emmaüs International, invités de la soirée, ont rappelé la richesse du phénomène des migrations (qui n’est pas, contrairement à ce qui est dit, un phénomène massif), la réalité de la circulation des migrants (souvent à l’intérieur d’un même pays comme au Brésil), la plupart du temps un flux de voisinage, l’absurdité (y compris en terme de coûts) de la politique de reconduite à la frontière, et la philosophie d’Emmaüs : l’accueil inconditionnel.

Ensuite, la LDH, le Collectif Solidarité Migrants (auquel participent de nombreux membres des associations signataires du Pacte citoyen et le Secours catholique), Emmaüs et le Syndicat des Avocats de France témoignèrent de la concordance totale entre les pratiques de la préfecture de la Vienne et la politique xénophobe du gouvernement, du vécu quotidien des migrants, notamment des enfants, en termes d’éducation, de santé, d’habitat, du parcours tourmenté des demandeurs de titre de séjour, des obstacles sciemment organisés, compliquant par là même le travail d’accompagnement des associations humanitaires et citoyennes. En point d’orgue, deux personnes migrantes, demandeurs d’asile – l’une d’Afrique, l’autre d’Europe de l’Est - relatèrent le long et difficile chemin qu’ils doivent accomplir en France pour obtenir le titre de séjour qui leur permettra de vivre normalement.

Il revenait à Alain Fontaine de clore cette belle rencontre. Le délégué général d’Emmaüs International, impressionné par la force de solidarité émanant des associations châtelleraudaises d’aide aux migrants, souligna combien la nécessité de ne jamais perdre de vue l’humanité des hommes devait être au cœur de toute politique migratoire.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site Suivre la vie du site En région   ?